InternetActu.net, c’est fini !

Comme vous l’avez peut-être constaté au bout d’un long mois sans la moindre publication, InternetActu.net s’est très brutalement arrêté ! J’aimerai beaucoup vous en expliquer les raisons, mais ce que je voudrais vous écrire, je ne peux hélas pas l’écrire. Ce que je voudrais vous expliquer, je dois le garder pour la procédure que je vais intenter, suite à un licenciement que je considère être abusif et malveillant. Je regrette profondément de ne pas pouvoir en parler plus ouvertement, mais en l’état, je préfère me protéger.

À défaut de pouvoir vous en parler, je vais donc vous remercier, chers lecteurs. Après 20 ans de ce qui a longtemps relevé d’une belle ambition collective, mon aventure avec la Fing et InternetActu.net a donc pris fin. Vous allez me manquer ! Il va m’être très difficile de me passer de vous ! C’est vous qui m’avez aidé à développer l’expertise qui est devenue la mienne. C’est en pensant à vous que j’ai écrit en 20 ans, quelques milliers d’articles. J’espère qu’ils vous ont nourri autant que moi !

Merci également aux partenaires de la Fing qui ont permis durant toutes ces années que cette liberté de ton et cette exigence d’information soit possible, notamment ceux avec lesquels j’ai travaillé quand je m’occupais encore de groupes de travail en plus d’InternetActu.net et tout ceux qui sont venus financer la liberté d’InternetActu.net et de la Fing.

J’espère pouvoir continuer à réfléchir aux enjeux du numérique, ailleurs et autrement. Construire une nouvelle aventure, individuelle, bien sûr, mais surtout collective. Les enjeux des questions numériques ne s’arrêtent pas aux défaillances d’une structure et nous avons besoin de continuer à construire des ambitions, à construire des alternatives à la machination qui nous contraint de plus en plus. Nous avons plus que jamais besoin de politiser les questions numériques. C’est en tout cas ce que j’aimerai continuer à faire. Trouver les modalités effectives pour changer l’internet, vraiment. Y travailler activement et concrètement. Mes convictions restent les mêmes ! Faire que nulle part, l’internet se fasse pour nous, mais sans nous, ce qui me semble son pire écueil. Continuer à descendre dans les tréfonds des calculs et de leurs logiques pour nous aider à les comprendre collectivement et à trouver les modalités d’action nécessaire qui répondent à des valeurs communes. Bref, agir pour les rendre libres, égaux et fraternels ! Autant dire que nous en sommes loin et qu’il reste du travail !

Je demeure persuadé qu’il nous faut plonger au cœur des systèmes, car c’est là, dans leurs modalités d’applications concrètes que se cachent leurs manques et leurs défaillances. C’est dans les bases de données que mobilisent les calculs que s’inscrivent des erreurs aux conséquences démultipliées. Descendre concrètement dans ce que Parcoursup fait aux plus jeunes par exemple, pour mettre à jour ses béances et les inégalités qu’il cristallise. Décortiquer les fonctionnements des systèmes qui se mettent en place à destination des travailleurs sociaux qui me semblent aujourd’hui poser des risques majeurs d’atteinte aux droits des plus démunis. Inspecter les logiciels de planification d’horaires qui se répandent dans nombre d’entreprises au détriment des possibilités d’action des employés eux-mêmes… J’espère que je trouverai – que nous trouverons ensemble ,- les modalités pour travailler sur ce type d’objets ! Car c’est bien en portant notre regard sur les objets les plus concrets des transformations numériques que nous identifierons leurs déficiences, et combien les économies d’échelles phénoménales qu’elles permettent ne sont corrigées d’aucune compensation ou garantie quant aux contre-effets qu’elles produisent. La critique reste et demeure le seul moteur des transformations !

J’espère que nous pourrons en discuter ensemble. Je suis persuadé que demain s’écrira avec plusieurs d’entre vous en nous interrogeant ensemble sur ce que nous avons à faire et comment le faire !

Pour les soutiens, les propositions et les discussions, mes coordonnées sont disponibles. N’hésitez pas, rencontrons-nous ! C’est à nous d’écrire l’internet de demain. C’est à nous de le repolitiser ! Et cela, c’est un enjeu que je ne souhaite pas abandonner.

Mettez vos lecteurs RSS à jour pour ceux qui en disposent encore. Il est probable que je continue à vous parler de lectures et d’autres projets sur ce petit espace personnel, en attendant qu’on développe ensemble d’autres ambitions : https://hubertguillaud.wordpress.com

Quant aux difficultés, elles ne doivent pas nous empêcher de fêter les changements qui s’annoncent. En guise de pot de départ, je vous invite donc à fêter le souvenir d’InternetActu.net, le jeudi 10 mars, au Mauri7, 46 Rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 Paris, dès 18h30 ! En espérant vous y retrouver nombreux !

Pour me contacter : hubertguillaud@gmail.com – 0644317854
Sur Telegram : https://t.me/hubertguillaud
Sur Twitter, surtout : @hubertguillaud
Sur Facebook : https://www.facebook.com/hubertguillaud

5 thoughts on “InternetActu.net, c’est fini !

  1. Merci infiniment pour ces années de réflexions et de lectures passionnantes. Je suis vraiment désolée que ça se finisse comme ça, ça semble tellement injuste ! Évidemment je continue à vous lire ici ou sur Twitter.

    Like

  2. Enorme gratitude pour tout le travail accompli sur InternetActu, avec ces articles interminables et regorgeant de références, un écriture qui prenait le temps de penser.
    Lecteur RSS mis à jour 😉
    Bon courage pour les projets et la clôture de la période précédente.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s