Une France post-politique ?

Ce pays qu’on nous raconte partout est-il vraiment celui qui est sous nos yeux ? Pas vraiment, s’amusent le politologue Jérôme Fourquet et le journaliste Jean-Laurent Cassely (@jlcassely) dans La France sous nos yeux, ce livre de pop-géographie qui nous décrit une France bien plus plurielle et hybride que celle, toujours éternelle, dont les uns et les autres tentent de nous farcir les oreilles.

Derrière la France moche se masque une France hybride, plus recomposée qu’on ne le pense, où les territoires semblent surtout se polariser, s’écarteler, comme s’ils n’étaient plus capables de discuter entre eux. Les maisons de la France qui va bien sont à deux encablures des ronds-points. Partout, les modes de consommation semblent être devenus les formes de distinction d’un pays qui semble avoir abandonné tout rapport productif. Les nouveaux clivages (le libéralisme, l’identitaire et l’écologisme), incompatibles entre eux, s’affrontent désormais jusqu’au territoires mêmes où ils s’affichent. Produisant des espaces si différents qu’ils semblent profondément irréconciliables… alors qu’une culture commune les traverse encore. Elle tient visiblement plus du barbecue, du bricolage et du jardinage que des luttes sociales ou politiques. La France sous nos yeux cherche visiblement à nous les faire écarquiller sur un monde qui vis côte à côte, mais plus atomisé socialement que jamais. Un peu comme s’il était à jamais irréconciliable.

Hubert Guillaud

A propos de La France sous nos yeux, Le Seuil, octobre 2021, 496 pages.

Advertisement

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s