Techno bulles

En 110 pages, dans cet ouvrage paru en 2017, Catherine et Raphaël Larrère livrent une simple et éclairante synthèse sur notre défaillant rapport aux technologies. Le risque technologique repose surtout sur le succès des technologies et l’inattendu que ces succès peuvent générer. Une capacité à produire des effets involontaires qui est donc au cœur du projet technique et qui induit donc une non-maîtrise, bien loin de l’hyper-contrôle que le projet technique affirme pourtant puissamment.

Couverture du livre Bulles Techno

Leur analyse qui dissèque les problèmes de la biotechnologie (notamment de CrispR ou des OGM…) dépasse ces seuls exemples pour montrer l’ambiguïté des promesses technologiques, leur volonté de toute puissance, qui tient plus de bulles, de récits que d’une réalité. Derrière l’absence d’alternative à la techno se cache un “autoritarisme” qui sous prétexte de science vise à éradiquer toute critique, tout débat. En fait, le débat technique est toujours réduit à la seule mesure de l’efficacité, comme si toute question morale, sociale, économique ou politique était sans objet. “La réduction de l’évaluation éthique à l’évaluation des risques revient en effet à laisser les scientifiques comme seuls experts…” Le risque étant imprévisible, l’évaluer consiste à le supputer, donc à lui enlever son caractère de risque, ou à le transformer en caractère économique, coûts vs. avantages. L’hétérogénéité des éléments est réduite en choix binaire : accepter ou refuser, s’adapter ou revenir à la bougie.

Dans ces opérations, c’est notre choix qui est réduit, dissout, et avec lui le sens, la morale, la raison d’être. Le public n’a pas une peur irrationnelle des OGM, il s’interroge sur leur raison d’être, leurs finalités mais aussi leurs impacts sociaux, politiques, environnementaux…

Plus que d’une nouvelle gouvernance, dont ils mesurent après d’autres les limites, les Larrère, affreux Amish, en appellent au besoin de débats démocratiques sur la techno. L’enjeu : nous aider à trouver d’autres solutions que celles qu’on nous réclame d’approuver. Le monde ne peut pas être fabriqué seulement par la technique et encore moins sous la seule valeur d’une illusoire efficacité, qui sous couvert de performance, en oublie toutes les autres valeurs dont nous avons besoin pour faire société : la justice, l’égalité, l’équité…

A propos de Bulles technologiques, Catherine et Raphaël Larrère, éditions Wildproject, 2017.