Entre effondrement et confinement

Enfin réussi à terminer un livre durant ce confinement. Celui que signe Yves Citton et Jacopo Rasmi était étrange à parcourir à l’heure où nous pourrions avoir l’impression de vivre une forme d’effondrement. Ici encore, comme dans ses précédents livres, Citton nous sert des concepts pour en extraire leurs significations et implications. Comme d’habitude, le livre est riche, foisonnant, stimulant et aide à décentrer nos façons de penser en reliant milles idées entre elles. Pourtant, du fait que cette lecture ait rencontré le réel, on en perçoit mieux les limites : les naïvetés effondristes comme les utopies de reconstruction…

Bien des intuitions esquissées semblent ne proposer aucune possibilité d’action que l’on aurait pourtant pu encore croire censées il y a 3 semaines, notamment quand toute réunion et donc toute sédition semble devenue impossible. En pointant les limites de notre schizophrénie, Citton et Rasmi nous aident à percevoir nos contradictions à espérer un effondrement qui sera encore plus brutal que notre confinement. Et ce alors que le salut que nous attendons depuis l’inconfort de nos appartements, ne tient pas tant de notre capacité à faire monde, que d’une science et d’une industrie que nous voudrions quitter.

Hubert Guillaud

A propos du livre de Yves Citton et Jacopo Rasmi, Générations collapsonautes, naviguer par temps d’effondrements, “La couleur des idées”, Seuil, mars 2020, 288 pages.