Biais d’association

Sait-on quand on nait à la musique ? J’ai 18 ou 19 ans. Je découvre les mélodies simples et la voix cassée et éraillée de Randy Newman. Enfin, je ne le découvre pas par moi-même. On me le fait découvrir. C’est toujours la main d’un autre qui vous révèle quelque chose de vous même. Randy Newman demeure associé à un visage, un lieu, une personne, une chambre. J’ai l’impression que le monde m’appartient. Et quand je l’écoute, j’ai toujours la même impression que le monde est tout entier à moi. Je suis toujours dans cette chambre. Quelque chose de moi est resté dans cette musique simple, dans ce refrain répétitif, dans ce piano mélancolique. Au moins un visage.

Randy Newman – Short People

Advertisement

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s